Résidences

Juin 2016, résidence d’artiste dans la maison-phare de l’Ile Wrac’h, à l’invitation de l’IPPA.

Neuf jours, neuf nuits, résidence dans la maison-phare de l’Ile Wrac’h…
Pour traverser.
Pour écrire. Des textes / un journal de bord / une fiction / de la poésie / des brèves / des observations / une correspondance, qui sait ?
Pour dessiner. Des croquis / l’île le phare le ciel la mer / les météos.
Ce qui se voit et ce qu’on ne voit pas.
Pour découper du papier. Tracer des repères / des cartographies / des superpositions / des fractures et des frontières. Plusieurs territoires.
Pour ouvrir un répertoire du visible / de l’invisible / du rationnel / de son contraire.
Pour consigner les faits comme dans un registre de veille.
Pour se laisser inspirer / envahir / essorer / souffler et essouffler par les lieux.
Pour être traversé par tout cela, et restituer tout cela.
Et puis, comment vous dire, tout ce qu’on ne sait pas encore et qui pourtant adviendra…

wrac'h

> Le travail inspiré par la résidence a été exposé pour la première fois
en septembre 2016 à l’ARMORICA à PLOUGUERNEAU, il s’agit d’une
série de 9 tableaux, plus 2, la série « Ile Wrac’h ».

> La série continue son parcours, au fil des expositions… Elle sera à la Maison de Garde du Koréjou, à Plouguerneau , du 5 au 15 août 2018. Exposition en duo avec Biploum.

> En août 2018, dans le sillage du livre de bord écrit sur l’île, un carnet a été publié :
Jours sédimentés. Bribes du journal de bord de la résidence, ce carnet a été composé au plomb mobile, en Caravelle 10 maigre, mis en images et imprimé par Irvi, sur presse typographique, à Coat Malguen.

Pour  voir la série : Collages papier

Pour voir Jours sédimentés :

Enregistrer

Enregistrer